Retour à l'accueil Sciences et Technologies
de l´Information et
de la Communication pour
l´Éducation et la Formation


Site ATIEF


Appels à soumissions

Les environnements personnels d’apprentissage. Entre description et modélisation : quelles approches, quels modèles ?

Evaluation dans les jeux sérieux

Recherches en EIAH, politiques publiques,
pratiques des acteurs (et des chercheurs)

Artefacts tactiles et mobiles en éducation

Individualisation, personnalisation et adaptation des Environnements Numériques d’Apprentissage

Technologies mobiles et ubiquitaires pour l'apprentissage

Analyses des traces d’utilisation dans les EIAH

Les Dimensions émotionnelles de l'interaction dans un EIAH

Généralités et Spécificités des Méthodes de Recherche en EIAH

Conceptions et usages des plates-formes de formation

Que signifie l’ontologie pour les EIAH ?

Technologies et formation à distance


Les environnements personnels d’apprentissage.
Entre description et modélisation : quelles approches, quels modèles ?

Editeurs du numéro spécial

Daniel Peraya
(TECFA, Unige, daniel.peraya@unige.ch)

Bernadette Charlier
(Didactique universitaire, Unifr, bernadette.charlier@unifr.ch)

France Henri
(LICEF, Télé-université du Québec, France.henri@teluq.ca)

Monique Grandbastien
(LORIA, Université de Lorraine monique.grandbastien@loria.fr)

Soumission

Les textes destinés à la revue, doivent faire entre 7000 et 9000 mots (maximum 30 pages), ils peuvent avoir la forme d'un article scientifique, d'une rubrique ou d'une note de synthèse. Un comité de lecture spécifique à ce numéro thématique est constitué avec les relecteurs habituels de la revue. Chaque article sera relu par un relecteur au profil informatique et par un relecteur au profil Science Humaines.


Si vous souhaitez contribuer, envoyez une intention de soumettre avec résumé à D. Peraya (daniel.peraya@unige.ch) avant le 15 octobre

 

Les auteurs trouveront sur le site de la revue des précisions sur le format des soumissions et sur la politique éditoriale de la revue.

 

Thème

Les environnements virtuels d’apprentissage déployés dans l’enseignement supérieur ont connu une importante évolution, depuis les premiers serveurs web éducatifs (1994) jusqu’aux campus virtuels et aux plateformes dans le début des années 2000. L’apparition du web 2.0 (2004) − le web social et collaboratif − a modifié les usages, introduisant de nombreuses applications orientées utilisateurs: ces « services » de communication, de collaboration, de réseautage, de partage et d’échange sont personnalisables, modulaires, conviviaux, gratuits, facilement accessibles, flexibles. Ils s’appuient de plus sur les technologies nomades (téléphone intelligent, tablette, informatique en nuage). Les étudiants universitaires assemblent et aménagent ce type d’environnement pour organiser leur travail, soit en complément de l’environnement institutionnel soit directement en lieu et place de celui-ci (Greenhow, Robelia & Hugues, 2009 ; Dede, 2009 ; Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012). Un nouveau concept proposé par des informaticiens (Attwell, 2007) est exploré par des chercheurs en sciences de l’éducation et de la communication, des technologues de l’éducation et des chercheurs en sociologie des usages : l’environnement personnel d’apprentissage (EPA) pour désigner l’environnement conçu et utilisé par les étudiant-e-s dans et en dehors des institutions, pour apprendre.

Les chercheurs ne disposent cependant d’aucun cadre théorique permettant de dépasser ce niveau descriptif auxquels se cantonnent les recherches actuelles, le plus souvent exploratoires, sur les EPA. Selon les intérêts et les compétences des acteurs, plusieurs approches se sont dessinées, entre autres : celle centrée sur le développement qui considère que les EPA sont des assemblages de services web qui devraient être développés et agencés au niveau institutionnel, proposant ainsi de nouveaux environnements virtuels d’apprentissage (sans le dire) pour remplacer les anciens devenus obsolètes ; celle centrée sur la recherche de l’intelligibilité qui considère que les EPA sont déjà là, conçus et créés par les étudiant-e-s souvent pour soutenir leurs apprentissages formels ou non formels. Cette dernière approche s’emploie à mieux décrire les EPA et à les modéliser, d’une part, et d’autre part, à comprendre l’activité supportée par les EPA et à cerner leur impact pour les étudiants eux-mêmes et pour les institutions. Notre appel à contribution est adressé aux chercheurs qui étudient ce phénomène par des modélisations, des développements, des observations, des études de cas ou toute autre approche.

Les objectifs de ce numéro spécial sont de :

1. Partager les cadres de référence et la terminologie afin de préciser et d’enrichir les différentes conceptualisations des EPA réalisées par des chercheurs et chercheuses issues de champs disciplinaires différents.

2. Analyser et discuter la mise en application de ces cadres de référence et terminologies sur des objets de recherche :

  • la conception et la construction émergeante par l’étudiant-e de son EPA ;
  • le modèle de l’apprenant ;
  • l’expérience d’apprentissage ;
  • les processus de gestion personnelle et de gestion collective des connaissances supportés par les EPA y compris en contexte professionnel ;
  • les rapports entre les EPA et les environnements institutionnels.

3. Développer une vision compréhensive de ce nouveau champ de recherche et de ses enjeux et y situer les différentes contributions.

 

Contributions attendues

Les principales contributions attendues concernent les thématiques suivantes :

1. analyse réflexive et modélisation du processus de conception de l’EPA du point de vue de l’étudiant-e;

2. modélisation des EPA du point de vue des concepteurs;

3. analyse des relations ou non relations entre EPA et environnements institutionnels ;

4. analyse des processus d’apprentissage vécus dans une diversité de contextes;

5. analyses d’usages.

Calendrier indicatif :

  • 15.10.2013 : envoi d'une intention de soumettre avec résumé à D. Peraya (daniel.peraya@unige.ch)
  • 30.10.2013 : avis sur la proposition
  • 15.12.2013 : soumissions définitives des contributions
  • 1.03 au 15.06 : retour aux auteurs, processus d'évaluation et mise en ligne progressive des textes au fur et à mesure de leur acceptation définitive
  • 1.07.2014 : fin du processus de révision et mise en ligne du numéro spécial dans sa version complète

 

Modèle de soumission : http://sticef.univ-lemans.fr/info/consignes.htm


 

[Retour en haut de cette page] Haut de la page
Mise à jour du 21/11/13